Principaux Tokens

bitcoin-btc.png
etherum.png
BNB.png
XRP.png
tether.png
cardano.png
new-dot-logo.png
litecoin-ltc-logo.png
Chain link.png
uniswap-coin-uni-cryptocurrency-icon-vector-39141450_edited_edited.png
logo-vectoriel-de-crypto-monnaie-décentralisé-elrond-blockchain-internetofthings-paiements
polygon-token-logo-freelogovectors.net_.png
 
Bitcoin

Bitcoin (BTC)

En 2009, la banque et les institutions ont totalement perdu la confiance des gens. C’est la même année que Satoshi Nakamoto publie le “Livre Blanc” du BTC qui détaille son fonctionnement. On peut le retrouver à cette adresse : https://bitcoin.org/bitcoin.pdf

 

Le BTC fonctionne sans recours à un tiers de confiance, soit en pair-à-pair (ou peer to peer, P2P), toutes les transactions se font entre des participants égaux et indépendants. Son logiciel est en open source ce qui le rend accessible à tous pour l’utiliser comme base de création d’autres monnaies ou d'autres blockchain (tel que le Litecoin LTC). De plus, son modèle de monnaie ultra-sécurisé rend impossible la falsification d’une transaction réalisée en bitcoin.

​​

Le BTC a lancé les monnaies décentralisées et a rendu la confiance à un marché en pleine crise. 

Ethereum

Ethereum (ETH)

Ethereum a constitué la première évolution majeure dans le monde des cryptomonnaies, après le bitcoin. C’est en 2013 que Vitalik Buterin décrit L’Ethereum dans son “livre blanc”. Il lance aussi la première ICO (Initial Coin Offering) de l’histoire pour financer son projet.

 

Il règle le problème majeur de Bitcoin, soit son incapacité à gérer certaines transactions de manière automatique. L’ethereum va donc au-delà du fait de créer une monnaie décentralisée, il en crée une programmable avec des Smart Contract.

 

La blockchain Ethereum est plus rapide que celle du bitcoin, mais aussi moins coûteuse. Il est surtout possible par ses Smart Contract de définir d’autres cryptomonnaies qui reposent sur sa blockchain. Mais les avancées ne s'arrêtent pas là, il permet aussi la création d’applications décentralisées : emprunt, épargne, assurance, etc. Ce qui a réellement révolutionné la finance traditionnelle et connu sous le nom de DeFi (Decentralized Finance ou Finance décentralisée).

Binance Coin (BNB)

 
 
Binance Coin

Le BNB, attaché à la plateforme Binance, est issu d’une ICO (Initial Coin Offering) en 2017. À l’origine, les 200 millions de BNB ont été émis sous forme de jetons ERC-20, ils fonctionnaient donc sur le réseau Ethereum. En avril 2019, les BNB ERC-20 sont échangés contre des BNB BEP2 à l’occasion du lancement de la Binance Smart Chain. Les jetons ne sont donc plus hébergés sur le réseau Ethereum, mais bien sur leurs propre réseau, la BSC.

 

Avec sa Smart Chain, Binance propose des échanges à moindre frais qui offrent une alternative intéressante à l’ERC-20 est ses frais importants. ​Le BNB peut aussi être utilisé comme méthode de paiement, jeton utilitaire pour régler des frais sur la plateforme et pour participer aux ventes de jetons du launchpad. Le BNB fait également fonctionner le Binance DEX (plateforme d’échange décentralisée de  Binance).

 

De plus, Binance a laissé entendre qu’ils investissent la moitié des bénéfices de la plateforme dans le BNB, ce qui pourrait annoncer une progression intéressante de son cours.

 

XRP

XRP

L'équipe de développeurs du XRP a créé son propre protocole de blockchain, Ripple, sur le même principe que celle du bitcoin, soit un réseau décentralisé qui enregistre toutes les transactions avec une validation peer to peer.

 

Le XRP est donc la monnaie du réseau Ripple, elle a été mise en circulation par Ripple Labs. Il n’y a donc pas besoin de la miner, car tous les jetons sont déjà émis. Les fondateurs de Ripple/XRP se sont réservé 20% de la total supply pour faire face au besoin de financement du projet. 

 

Ripple/XRP se positionne principalement sur le règlement des transactions interbancaires. En effet, le protocole est bien rodé, il peut traiter autant de transactions que le réseau des cartes Visa, avec la même rapidité et à moindre coût. Un certain nombre de banques utilisent Ripple pour gérer une partie de leurs compensations interbancaires telles que Bank of America, Sanders ou encore UBS. 

 

Mais en décembre 2020, la SEC (commission des opérations de bourse américaine) argumente que le XRP n’est pas une monnaie, mais une action dans la société Ripple. Si tel est le cas, XRP est donc soumis aux mêmes règles que les actions cotées. Les fondateurs seraient donc coupables “d'appel public au marché illicite” soit le fait d’avoir vendu des soit disant “actions” de Ripple sans l’avoir enregistrée auprès des autorités compétentes. 

Tether

Tether

Le Tether (USDT) est une monnaie digitale dont la valeur est censée refléter celle du dollar américain. Lancée en 2014, l’objectif du Tether est de créer une cryptomonnaie stable qui puisse être utilisée comme des dollars digitaux ou “stablecoins”. Le Tether, par sa stabilité, est un moyen de protéger ses actifs contre la volatilité du marché des cryptomonnaies. 

 

​Dans le cas de Tether, sa collatéralisation s’effectue en dollar américain donc pour un USDT émis Tether doit avoir un dollar US en réserve (ou son équivalent en or ou en autre liquidité). Or, si l’on en croit les différentes procédures contre Tether, celui-ci n'a pas une réserve suffisante pour garantir le prix de son token.

 

De plus, la communauté a appris que Bitfinex et Tether sont en fait la même identité. Sauf que Bitfinex s’est retrouvé dans l’impossibilité de répondre aux demandes de retrait d'argent de ses clients. Tether (soit Bitfinex) a donc fait l’objet d’une enquête par le gouvernement américain. Une chose est sûre, Tether n’est pas très transparent sur ses réserves de collatéralisation qu’il prétend avoir pour justifier de sa stabilité.

 

Si l’utilisation de ce token ne diminue pas, c’est bien qu’il arrange tout l’écosystème cryptographique. En effet, avant l'apparition de l’USDT, les traders étaient obligés d’effectuer une transaction vers une monnaie fiat ce qui implique de devoir faire une déclaration de gain aux impôts. Tether simplifie donc grandement les échanges pour tous les acteurs du marché.

 
 
 
Cardano

Cardano

L’une des premières innovations de Cardano est de recourir à “une preuve d’enjeu” plutôt qu'à une “preuve de travail” pour valider ses transactions. La preuve d’enjeu étant beaucoup moins énergivore et plus rapide, Cardano a réglé le principal problème de Bitcoin et d’Ethereum (V.1).

 

Cardano a été annoncé en 2017 et son ICO a débuté en janvier 2018. Pour créer un effet de rareté et pour se tabler sur bitcoin, les tokens sont limités au nombre de 45 millions. Le projet, définit dans son livre blanc de plus de 50 pages, s’est distingué par ses promesses alléchantes. Mais celles-ci ont tardé à être mises en place. Toutefois, l’utilisation de smart contracts et la programmation modulaire d'applications décentralisées (DApps) sur l’infrastructure Cardano ont donné un nouveau coup de fouet à ADA.

 
polkadot-new-logo.png

Polkadot

Polkadot permet une interopérabilité entre les blockchains même si celles-ci ne sont pas compatibles de base. La blockchain Polkadot englobe donc diverses blockchains (des parachain), un peu comme une multi-chaînes. Ce qui permet des interactions et des transferts de données entre blockchain (et pas seulement des jetons). 

 

Le protocole Polkadot fait le lien entre les chaînes publiques et privées, les réseaux ouverts (permissionless), etc. Cette connexion vise à établir un réseau décentralisé, privé et contrôlé par les utilisateurs. Elle permet aussi de simplifier la création d’applications, d’institutions et de services. 

 
Litecoin

Litecoin (LTC)

Le Litecoin (LTC) repose sur un algorithme proche de celui du Bitcoin. Son nombre de coins sera de 84 millions. Mais il se distingue principalement par sa rapidité de transactions, soit ¼ du temps nécessaire au BTC. Ce qui engendre peu de coûts et qui la rend adaptée aux micro-transactions et aux paiements sur un lieu de vente. On trouve d’ailleurs un bon nombre de sites acceptant le paiement en Litcoin. 

 

Le LTC intègre aussi une technologie, appelée le Atomic Swap, qui permet d’en échanger contre du Bitcoin sans passer par un échangeur. Mais cette manœuvre n’est pas si simple à appliquer.  

 

De plus, cette crypto monnaie a presque toujours été dans le top 10, ce qui confirme sa crédibilité avec sa progression régulière.

 
Chainlink

Chainlink (LINK)

Le Chainlink (LINK) est un réseau d’oracles décentralisé dont le but est de relier les smart contracts aux données du monde réel. Le Chainlink fut développé par Sergey Nazarov et Steve Ellis en tant que cofondateur.

La cryptomonnaie LINK, native au réseau d’oracles décentralisé Chainlink, est utilisée pour payer les opérateurs de noeuds. Puisque le réseau Chainlink est un système basé sur la réputation, les fournisseurs de nodes qui détiennent des sommes considérables de LINK peuvent recevoir de plus gros contrats en récompense, à condition de fournir des informations exactes sous peine de se voir retirer un certain montant de jetons.

 
uniswap-coin-uni-cryptocurrency-icon-vector-39141450_edited_edited.png

Uniswap

Uniswap est une plate-forme d’échange décentralisée qui a lancé son tokens (UNI) en 2017. Le protocole améliore son efficacité en résolvant les problèmes de liquidité. En effet, à l'aide de solutions automatisées, il évite les problèmes qu’on connut les premières plateformes d'échange décentralisées.

 

C’est en 2020 que le token fait beaucoup parler de lui. En effet, Uniswap a proposé à ses utilisateurs de récupérer des tokens de sa nouvelle monnaie. La distribution (ou le Airdrop) aura bénéficié aux 70’000 utilisateurs de la plateforme.

Matic

 
logo.png

Matic est une solution de layer 2 (seconde couche) du réseau ERC20 (Ethereum) qui s’inspire des multichain Polkadot ou d’Avalanche pour améliorer la Blockchain Ethereum. Le but de la blockchain Polygon (Matic) est de réduire les frais de transactions d’Ethereum, d’améliorer sa scalabilité et d’ouvrir les portes du réseau à de nouvelles utilisations. Les protocols Defi comme Uniswap sont déjà compatible avec la blockchain Polygon Matic et permettent des échanges avec des frais plus faibles. Le jeton natif du projet Polygon Matic à récemment été renommé Matic.

Elrond

 
logo-vectoriel-de-crypto-monnaie-décentr

Elrond est une blockchain d’infrastructure comme Tezos (XTZ) ou Ethereum (ETH) qui permet à d’autres blockchains de fonctionner. Le réseau ERD d’Elrond est très rapide (jusqu’à 60’000 transactions par secondes contres 6 pour le Bitcoin) grâce à une série de nouvelles technologies comme le sharding. La blockchain Elrond est aussi très sécurisée grâce à la « bataille des noeuds » qui consiste à offrir une récompense financière à tout hacker arrivant à trouver une faille dans le réseau. Cette bataille à durer plus de 2 ans et à permis à Elrond de se préparer et répondre à un grand nombre d’attaques.

 

Le Token EGLD, le jeton natif de la blockchain Elrond, est limité à 31 millions d’unités donc à un modèle économique déflationniste. Les Egld permettent de payer les frais de transactions du réseau, peuvent être stackés sur l’application Maiar pour participer à la sécurisation et la décentralisation du réseau Elrond contre des intérêts et peuvent être échangés ou bloqués sur le Maiar Exchange pour apporter de la liquidité. Aujourd’hui, l’écosystème d’Elrond peut être comparé à l’écosystème d’Apple (interconnectés, sécurisés, efficaces, facile d’utilisations,…) grâce à ses produits : ses portefeuilles Maiar et Maiar Defi Wallet, son échangeur décentralisé Maiar Exchange, son bridge permettant de passer des actifs de la Blockchain Ethereum à Elrond ou inversement, le Maiar Bridge et tous les futurs développements de l’écosystème comme le Maiar Launchpad.