La Blockchain

Pour comprendre pourquoi la blockchain est une révolution dans le monde financier d’aujourd’hui, il faut d’abord comprendre comment l’argent a été créé et voir les différentes mises à jour que celui-ci a connu à travers les époques, voici un court résumé de l’histoire de la monnaie.

Histoire de la monnaie

La monnaie a vu le jour à l’époque des Sumériens. Afin de comptabiliser les transactions, mais aussi pour garder une vision des stocks et de l’impôt, ils inventent un système de numérisation. Des petites pièces d’argiles appelées « Calculi » serviront à quantifier des rations, calculer un impôt ou encore à comptabiliser plusieurs transactions. 

 

La Grèce antique marqua un changement dans la finance. Grâce à la maîtrise de la métallurgie, des pièces de monnaie vont faire leurs apparitions vers la fin du VII siècle A.V. Jésus-Christ.

 

Vient ensuite le Moyenne âge qui voit l’apparition des premières banques modernes. Les Croisades permettent des va-et-vient entre différents pays et aident à la commercialisation internationale. Les banquiers sont appelés des Lombards.

 

Ensuite, l’époque moderne connaîtra un tournant décisif dans le système bancaire avec l’apparition de la création monétaire bancaire ou monnaie de crédit. Celle-ci est créée par les orfèvres anglais qui émettent des billets contre des dépôts de métaux dans leurs coffres-forts. Ceux-ci vont alors s’apercevoir que les réservent de métaux ne descendent jamais au-dessous d’un certain seuil, et même, les métaux ne sont que rarement demandés car les orfèvres bénéficient de la réputation d’être un tiers de confiance. Ils vont donc émettre des nouveaux billets non plus en échange de métaux, mais de reconnaissance de dettes. Ceux-ci ne sont plus garantis à 100 pour-cent en métaux, mais à 25 pour-cent, ce qui fait qu’il y a 4 fois plus de monnaie sur le marché que ce que contiennent les coffres. La monnaie de crédit est donc créée.

 

Viennent ensuite les banques centrales qui s’approprient le processus d’émission de la monnaie de crédit que les orfèvres ont créé. Les banques centrales permettent aux états de reprendre le contrôle de la création de la monnaie. Ils sont les seuls à être autorisés à émettre des billets de valeur dans le pays. Ils créent également l’étalon d’or, qui est un système ou l’unité monétaire est définie en référence d’un poids fixe d’or et où chacune des monnaies est convertible en or.

 

Pour finir, la blockchain. Elle propose une nouvelle infrastructure permettant de créer de nouveaux médias d’échange grâce aux cryptomonnaies qui s’inscrivent dans la continuité de l’histoire de la monnaie, c’est une évolution. Elle règle le problème de la confiance à l'intermédiaire entre vous et votre argent, c'est à dire les banques.

Histoire de La blockchain

L’histoire de la monnaie dématérialisée commence en 1990 avec un groupe d'informaticiens et de mathématiciens. Ils font le constat suivant : internet sera indéniablement très puissant et de ce fait, il faut que chaque utilisateur puisse disposer de ses propres données. Ils pensaient également que plusieurs grosses entreprises auraient alors le monopole d’Internet et qu’il fallait éviter que celle-ci puisse avoir le contrôle complet de nos données. Un mouvement appelé Cypherpunk’s commence à émerger et prend de l’ampleur grâce à Eric Hughes qui publie en 1993 A Cypherpunk’s Manifesto.

 

Plusieurs projets ont vu le jour comme Hashcash, BitGold ou encore B-Money qui seront utiles pour le développement du Bitcoin. C’est en 2008 qu’un mystérieux Satoshi Nakamoto présente le Bitcoin, A peer-to-peer Electronic Cash System et le rend ainsi public au travers d’un white paper (livre blanc) qui explique son fonctionnement. Il règle un problème important, irrésolu jusqu'à maintenant, la double dépense. C’est assurer qu’une personne disposant d’une somme X n’utilise pas un montant pour acheter un avion et pour acheter une voiture dans le même temps, ce qui créerait une double dépense alors qu’elle ne détient en réalité pas cette somme.

 

Le 3 janvier 2009, le premier bloc Bitcoin voit le jour, quelques jours plus tard, la première transaction est effectuée. En 2010, la team du projet Bitcoin perd la trace de Satoshi qui lègue les pleins pouvoirs à Mr Gavin Andressen. Depuis, plus aucune nouvelle du créateur de bitcoin, mais son œuvre continue de prospérer et de créer le monde de demain. 

Qu’est ce que la blockchain ?

 
1_6l7eL_Un_zN6El4OF69Hzg_edited.png

Le réseau centralisé qui utilise la technologie pour centraliser des données, l’intérêt est l’inviolabilité et le cryptage de ces données.

Le réseau décentralisé : plusieurs organismes possèdent les informations, mais personne n'a l'intégralité des données. Cela évite le monopole et une grosse perte d’information vu que celles-ci sont partagées par plusieurs organismes.

Le réseau distribué : chaque membre du réseau possède un bout d’information réseau. C’est le système le plus sain dans la technologie blockchain, si le réseau devait être attaqué, ce sont 51 pour-cent des membres qui devraient subir l’attaque. Ce qui signifie que le risque est quasi nul.

La blockchain est un outil permettant de stocker et de transmettre des informations dans un réseau transparent et sécurisé. La blockchain est formée d’une chaîne de block partagé par tous les utilisateurs contenant les informations et les transactions permettant de vérifier la validité de celles-ci. Chaque membre du registre est un approbateur d’information permettant au système de fonctionner sous consensus. L’intérêt de la blockchain est la suppression d’un intermédiaire ou d’un organisme de contrôle. 

 

Il existe plusieurs blockchains et chacune possède ses propres fonctions et vertus. Il est possible de créer une blockchain à partir d’une autre déjà existante, cela s’appelle une blockchain alternative, ou d’utiliser une blockchain native comme par exemple Ethereum/Bitcoin. Chaque réseau de blockchains ont des rôles et des objectifs différents, par exemple, Ethereum se consacre à l'exécution de contrat (smart contrat) tandis que Bitcoin est dédié à l’échange monétaire.

 

La technologie de la blockchain est un développement de la technologie de registre distribué, c’est une base de données gérée grâce à l'usage des nœuds. Ceux-ci sont gérés par la blockchain par sa puissance informatique, avec des algorithmes.

Il existe différentes blockchains:

Il existe ainsi deux types de blockchain : 

 

  • Blockchain publique : la blockchain publique est lisible par tout le monde librement et gratuitement que l’on soit à l'intérieur ou en dehors du réseau. L’ensemble des transactions y sont écrites et celles-ci sont infalsifiables et anonymes, les informations sont non modifiables et non supprimables. Ce sont des réseaux entièrement distribués.

  • Blockchain privée : celle-ci est lisible uniquement par les personnes autorisées, elle est installée en interne dans des institutions ou des entreprises. Cette blockchain peur être centralisée ou décentralisée.

Fonctionnement

La blockchain est formée d’une suite de blocs. Chaque bloc doit être validé par un nœud de réseau qui est géré par un algorithme. Une fois que le bloc a été validé, il est ajouté à la suite de la chaîne, il devient lisible pour le monde souhaitant le lire. Cette base de données est infalsifiable, transparente, dupliquée à des milliers d’exemplaires et elle est actualisée en temps réel. La blockchain ne possède pas d’organe central de contrôle. Pour fonctionner, celle-ci a besoin d’un jeton qui lui est propre appelé token. Une première application sur la blockchain Bitcoin en 2012 avec les colored coins, soit des jetons “colorisé” informatiquement. Dans les grandes lignes, cette avancée permet de créer un marché boursier à l'intérieur de Bitcoin. Mais le concept un peu compliqué à mettre en place n’est que très peu utilisé.

 

Pour qu’un réseau cryptographique existe, il lui faut trois éléments : 

 

  • Une adresse : chaque utilisateur doit posséder une adresse Bitcoin. Cette adresse est cryptée, elle empêche les autres utilisateurs du réseau de connaître notre réelle identité. 

  • Clef privée : est un code secret qui permet d'accéder au wallet d'un détenteur de cryptomonnaie

  • Clef publique : elle joue un rôle de déchiffreur et permet de valider les transactions. Cela permet de vérifier que la personne A est bien en capacité de générer une clef qui déchiffre la clef privée. 

 

La blockchain contient des membres vérificateurs appelés mineurs. Ils sont chargés de compiler et d’organiser les informations transactionnelles dans un ou plusieurs réseaux. Ses membres utilisent des noeuds. Ces nœuds sont des ordinateurs liés à la blockchain. Ils utilisent un réseau afin de relayer les transactions internes du réseau et de disposer d’une copie de la blockchain. Ces nœuds permettent le bon fonctionnement du réseau en effectuant des tâches diverses comme sécuriser une copie de la blockchain, traiter des transactions… Les mineurs mettent à disposition la puissance de calcul de leurs appareils afin de vérifier mathématiquement la fiabilité des transactions et de la transmission d’informations. Les propriétaires de ces nœuds sont rémunérés par le réseau pour avoir mis à disposition leur puissance de calcul informatique. 

 

Plusieurs types de nœuds existent, le nœud bitcoin, le nœud complet, le nœud d’écoute, le nœud de minage.  Pour fiabiliser le fonctionnement du réseau, il faut que les membres de celui-ci ne soient pas uniquement des utilisateurs, ils doivent contribuer à sa sécurisation et à sa fiabilisation. Il existe plusieurs moyens pour s’en assurer : 

Fonctionnement de la Blockchain.jpg

Preuve d’enjeu (Proof of Stake, PoS) 

La preuve d’enjeu consiste en un membre du réseau possédant une chance de vérifier une transaction par rapport au nombre de jetons qu’il possède. Plus ce membre possède de coins, plus il a de chance de devenir un validateur. 

Preuve de travail (Proof of Work, PoW) 

Les membres du réseau mettent à disposition leur puissance de calcul afin de résoudre un problème complexe. La solution est un nombre qui s’inscrit dans une fonction Hash et qui devient une chaîne de caractère particulier. Le premier à obtenir la réponse à l'énigme obtient une récompense. Lorsque la solution est trouble, un nouveau bloc est créé dans lequel s’inscrit les nouvelles transactions du réseau. 

Il existe d'autres mécanismes dont le but est le même, soit partager la confiance à l’intérieur du réseau et sécurisé celle-ci par un algorithme. 

 

La blockchain n’est pas qu’une monnaie numérique, elle est le support d’énormément d’applications souhaitant utiliser un service décentralisé et fiable. Elle permet à plus de 3,5 milliards d'individus non bancarisés de pouvoir accéder à des services financiers, elle crée également de la confiance par rapport aux situations qui n’en a pas comme par exemple la faillite d'Etat, le lobbying, etc. 

Application de la blockchain dans la vie commune 

Transferts d'argent et paiements : 

La blockchain permet d’effectuer des transactions très rapides. Plusieurs cartes de paiement existent aujourd’hui et vous permettent d’utiliser vos cryptomonnaies comme moyen de paiement.

Santé :

 

La santé est un domaine dans lequel la blockchain pourrait être très utile. Elle permettrait d’accélérer considérablement les processus et de réduire les coûts. Les informations entre cabinets, hôpitaux et pharmacie seraient transmises en un rien de temps avec sécurité. Dans le cas des assurances maladie ou accidents, le processus de remboursement serait rapide grâce à des smart contrats. 

Les assurances : 

 

Plusieurs assurances utilisent la blockchain afin d’indemniser leur client en cas de problème. Avant même que vous n’ayez reçu l’infirmation d’un train ou d’un avion supprimé, vous serez remboursé grâce à la blockchain et à l’application de smart contrat. 

Logistique et suivi de la chaîne d’approvisionnement :

 

La logistique est un secteur dans lequel la blockchain évolue énormément. Beaucoup de grandes entités comme LVMH, La Poste, DHL, BMW, etc, utilisent la blockchain comme moyen d’authentification et de suivi des pièces. La blockchain sert dans ce domaine à authentifier l’origine des produits, éviter l'engorgement de réseau, à vérifier la qualité des produits ainsi que l’origine des matières premières, etc.

 

Cette traçabilité fonctionne grâce à des codes QR ou des puces RFID qui contiennent les informations de traçabilités et de l’état du produit. Ces codes peuvent être scannés et ils donneront l’information que le client cherche à avoir sur le produit ou la pièce. 

Transport_edited.png
Fake-Stamp-PNG-Images_edited.png

Détecter les contrefaçons :

 

Les données de la blockchain ne peuvent être modifiées, elle peut donc être utilisée pour tracer les produits ou des médicaments. Ils pourraient être fournis avec un code qui permettra de reconstituer l’historique du produit, son acheminement, sa composition, son stockage, etc.

 

Il existe de multiples autres applications de la blockchain dans le monde d’aujourd’hui. De la traçabilité à la finance en passant par les jeux vidéos, l’application de cette technologie est multiple et promet un avenir plus sécurisé, rapide et gérer en l’absence d’entité pouvant être corrompue ou faillible. 

Parachain Polkadot_edited.png

Parachain

 

Les Parachains sont des chaînes de blocs avancées de couche 1, exploitables par d’autres projets, qui dépassent les limites des réseaux existants. Les Parachains sont des technologies exclusives aux réseaux Kusama et Polkadot. Spécialisées et interconnectées, les Parachains constituent un écosystème diversifié de plateformes indépendantes, de communautés et d'économies améliorant la façon dont nous nous connectons en ligne.

 

Alors que d'autres protocoles de blockchain permettent uniquement aux développeurs de créer des dapps (applications décentralisées) à l'aide de smart contrats (contrats intelligents), Polkadot leur donne un contrôle total sur la blockchain sous-jacente elle-même. Cette flexibilité donne aux développeurs de Parachain la liberté maximale d'optimisation pour n'importe quel cas d'utilisation, ce qui signifie des dapps et des services plus sécurisés et de meilleure qualité. Les projets qui ont l’intention de se baser sur ce socle auront besoin d’un des 96 emplacements de Parachain Polkadot ou Kusama pour se déployer. On peut dire que les Parachains sont des branches des réseaux Polkadot et Kusama.

 
Parachain Polkadot.png

Smart Contrat

 

Bien sûr, la blockchain Ethereum sert pour la circulation de sa monnaie, mais son principal outil est le smart contrat ou contrat intelligent. Soit une application qui fait automatiquement une opération dès que certains critères sont remplis. Grâce à la blockchain Ethereum, ces opérations n’ont pas besoin d’un tiers de confiance, elles sont 100 % automatiques, transparentes, rapides, efficaces et engendrent peu de coûts. On arrive dans une nouvelle économie de confiance.

 

Par exemple, lorsque nous avons une assurance automobile et qu’il nous arrive un sinistre, nous devons envoyer plusieurs documents et plusieurs preuves, mais imaginons que nous conduisions une voiture connectée. Celle-ci transmet directement les informations à la blockchain et le smart contract se met tout seul en route. Nous sommes donc remboursé dans l’instant selon les conditions posées préalablement. Les smart contracts sont vraiment applicables à tout objet connecté (l'internet des objets).

 

Prenons un autre exemple :

 

  • Individus 1 réserve un train et prend une assurance remboursée en cas de suppression.

  • Individus 2 (compagnie ferroviaire) promet un remboursement en cas de suppression.

  • La blockchain (tiers de confiance) versera automatiquement le remboursement en cas de suppression. Par son immuabilité, la blokchain s’assure que le contrat ne peut être modifié en cours de route. Transparente, automatisée et incorruptible, elle donne un gage de confiance à la relation des 2 individus et tout cela avec très peu de frais.

 

Bien sûr, les smart contrats sont applicables à une multitude d’actions et de transactions.

 

Fonctionnement d'un smart contrat.jpg
 

Smart Property

 

Une autre application intéressante est le Smart Property. La blockchain permet d’authentifier des droits de propriété. En effet, on peut enregistrer sur la blockchain non pas le document (avec les données confidentielles) mais son empreinte cryptographique. La propriété devient donc irréfutable et indélébile sans en révéler pour au temps son contenu. Cette application remplace le métier de notaire ainsi que les organismes de dépôt de brevet et tout cela à moindre coût !